Code de déontologie

La Photographie-Thérapie

Le bien-être par la photographie

Témoignages de sujets et avis de professionnels


Au-delà de l'image par Mlle A.

photographie therapie Pierre Joel

C'est tout d'abord pour rendre hommage à mon photographe et avant tout grand ami, Pierre-Joël, que j'ai décidé d'écrire ces quelques lignes, ce qui n'est pas franchement évident.

Je suis une jeune femme de 20 ans, étudiante en biochimie, serveuse à mi-temps afin de payer mes études. Je suis l'aînée d'une merveilleuse famille de trois enfants. On peut dire que j'ai eu une enfance heureuse, malgré un événement qui m'a marqué à vie et qui me poursuivra jusqu'à ma mort. A l'âge de cinq ans et durant deux ans mon cousin a abusé de moi ; je peux dire qu'avant d'atteindre l'adolescence j'avais " goùté " ce que l'on appelle couramment les plaisirs d'adultes, et commencé à détester ma condition de femme.

Je peux dire que jusqu'à l'âge de 14 ans je ne me souvenais pas de ce qui c'était passé, même si je dois le dire, je me sentais terriblement mal dès qu'un garçon ou pire mon cousin me regardait. J'ai été un vrai garçon manqué car je n'assumais pas mon corps. J'ai eu mon premier flirt à 14 ans, l'année où les souvenirs ont commencés à resurgir sous forme de cauchemars.
Même si j'étais " amoureuse ", le fait d'être avec lui, me terrorisait. Les cauchemars sont revenus, de plus en plus forts, à une cadence de plus en plus régulière. ça peut paraître ridicule, et je me trouve avec du recul stupide, car à l'époque j'ai cru que si je franchissais le pas, les souvenirs s'estomperaient, et j'ai eu ma première relation sexuelle, quelques jours avant mes 15 ans, ce qui a été une énorme erreur.

photographie therapie Pierre Joel

J'en garde un très mauvais souvenir car ça c'est très mal passé. J'étais complètement tendue, et lui n'a pas été ce qu'on peut appeler tendre. A la fin, il m'a dit que de toute façon, si fa ne s'était pas bien passé c'était complètement de ma faute car je ne donnais pas envie, je n'étais pas ce que les jeunes qualifient de " bandante ". Autant vous avouer que l'image que j'avais de moi ne s'est de loin pas améliorée, au contraire, elle n'a fait qu'empirer.

Après les cauchemars, tout, absolument tout est remonté, dans les moindres détails, et je suis tombée bas, très bas, je me suis laissée mourir ; je ne m'alimentais plus, ne dormais plus et ai perdu 18 kilos en l'espace de deux semaines. Je suis tombée dans les pommes au lycée où j'effectuais mes études et ai craqué et tout raconté. Depuis ce jour tout s'est enchaîné, les dépositions, les audiences et le jugement qui a eu lieu l'an dernier. Petit à petit et grâce à l'aide de certaines personnes qui m'ont soutenu, j'ai commencé à aller mieux, et ai eu une relation de 3 ans avec un jeune homme qui m'a aidé à me construire, et à m'accepter telle que je suis. Je pensais que le jugement mettrait un trait final sur tout ceci, mais une fois de plus, je me suis leurrée.

Et j'ai rencontré Pierre-Joël.

photographie therapie Pierre Joel

Notre rencontre a été le fruit d'un pur hasard ; effectivement comme je l'ai dit plus haut je suis serveuse dans un restaurant, et au mois de décembre il est venu mangé dans ce dernier avec un ami, et au moment de régler, il m'a donné sa carte en me disant qu'il était photographe spécialisé dans le nu artistique, et m'a proposé de poser pour lui. J'ai mis longtemps avant de me décider et on peut dire que le fait de faire ces photos était un défi pour moi.

La première fois que je suis allée chez lui on a tout d'abord passé beaucoup de temps à discuter et je lui ai dit que je n'étais pas prête à me mettre à nu. On a effectué une première séance photo pour voir comment je prenais la lumière. Au fur et à mesure de la séance, je me suis sentie à l'aise car lors d'une séance photo, on est un "élément de décor", car comme je le dis souvent, Pierre-Joël s'occupe de ses lumières et ses réglages sans jamais avoir de regard malsain sur son modèle. J'ai donc fait une série de nus ; c'était la première fois que je me mettais nue devant un homme en pleine lumière et j'étais assez gênée.

photographie therapie Pierre Joel

Quand j'ai vu les photos développées, j'ai été retournée ; c'est peut-être bête mais pour la première fois de ma vie je me suis vue, et me suis trouvée belle et me suis dit que tout compte fait, je pouvais plaire. On ne se rend pas compte, mais s'apprécier et s'assumer aide beaucoup. Effectivement, je peux dire que quelque part, j'ai pris confiance en moi et que le regard des autres ne m'est plus aussi pesant qu'avant. J'ose plus aller vers les gens, et ces photos sont quelque part une revanche que j'ai sur mon cousin car il m'a peut-être détruit mais petit à petit je reprends le dessus.

Je pense que chaque blessure peut-être soignée avec pour chacune d'elle un remède spécifique, alors merci à toi Pierre-Joël de m'avoir proposé ce qu'il me fallait, j'espère que tu aideras d'autres personnes grâce à ta passion, ta gentillesse et ton écoute, tu resteras à tout jamais dans mon cœur et j'espère que tous tes rêves se réaliseront.

Mlle A.
Strasbourg mars 2006

Revenir en haut de page cliquez ici!



Téléchargez l'article sur La photographie-thérapie par Pierre Joel paru dans le magazine Féminin Psycho(Document en PDF)


photographie therapie facebook

Webdesigner & Webmaster - Maria Deiana 2009